Italie : Le gouvernement Draghi à l'épreuve

Les Italiens sont attendus aux urnes, aujourd’hui dimanche, et demain lundi, pour élire les maires des villes en ballotage après le premier tour des 3 et 4 octobre. Des duels droite-gauche sont très attendus, notamment à Rome et Turin, où le Mouvement 5 Étoiles régnait jusque-là. Mais le scrutin est l’occasion de mesurer l'état des forces soutenant le gouvernement de Mario Draghi.

Il y a cinq ans, le Mouvement 5 Étoiles (M5E) s’installait dans les villes de Rome et Turin. On avait alors parlé d’une nouvelle ère dans la politique italienne, signifiant la fin d’un ordre ancien. Mais Beppe Grillo et ses troupes ont perdu la main.

Pour la gestion de leur vie quotidienne, les Italiens ont choisi de s’en remettre aux partis traditionnels : selon les résultats du premier tour, la plupart des électeurs semble vouloir sortir le M5E et peut-être privilégier la gauche.

Car si les candidats de la coalition des droites ont fait des scores décevants, on ne saura que lundi 18 octobre au soir si cette tendance se confirme. À travers leurs résultats, se mesurera aussi l’avenir du rapport de forces entre le leader de l’extrême droite Matteo Salvini, qui soutient le gouvernement Draghi, et Giorgia Meloni, qui, à la tête du parti de droite traditionnelle Frères d’Italie, est dans l’opposition.