Moldavie déclare l’état d’urgence

En Moldavie, pays pauvre d'un peu plus de deux millions et demi d'habitants, le gouvernement instaure l'état d'urgence pour lui permettre d'assurer ses réserves de gaz. En cause, la hausse des prix du gaz et les difficultés que le pays rencontre avec ses fournisseurs d'énergie. Cette crise du gaz a été au cœur du sommet européen d’automne, qui s’est clos ce vendredi 22 octobre à Bruxelles.

Selon la Première ministre Moldave Natalia Gavrilita, la situation de son pays est critique. La Moldavie achète son gaz en Russie, via l'entreprise russo-moldave Moldovagaz, détenue en partie par le géant russe Gazprom.

Alors que Gazprom et Moldovogaz s'étaient engagés à prolonger leur contrat jusqu'à la fin du mois, début octobre Gazprom a augmenté le prix des 1.000 m3 de 240 dollars, pour le fixer à 790 dollars. De plus, la Première ministre souligne que les deux entreprises ne livrent pas les quantités convenues.

Cette crise se déroule sur fond de tension politique. Le gaz fourni par la Russie passe par la Transniestrie, un territoire séparatiste prorusse à cheval entre l'Ukraine et la Moldavie de laquelle il a fait sécession il y a 30 ans.