Washington : Taïwan aux institutions de l'ONU

Le communiqué du secrétaire d’État Américain intervient dans un contexte de tension avec la Chine, notamment au sujet de l’île nationaliste.

La date n’est sans doute pas choisie au hasard. Anthony Blinken s’exprime au lendemain du cinquantième anniversaire de l’entrée de la Chine communiste à l’ONU, en remplacement de Taïwan. Dans ce communiqué, le chef de la diplomatie américain explique que Taïwan est une réussite démocratique et que son exclusion sape le travail important de l’ONU et de ses agences.

Cela risque de fortement déplaire à Pékin, car le régime communiste revendique la souveraineté sur l’île nationaliste et ne manque pas une occasion de le faire savoir, y compris militairement. Au début du mois, à l’occasion de l’anniversaire de la Chine communiste, un nombre record d’avions militaires chinois étaient entrés dans la zone de défense aérienne taïwanaise en l’espace de quelques jours.

La crainte d’une prise de contrôle de l’île par la force s’amplifie. Parmi toutes les tensions entre la Chine et les États-Unis, la question de Taïwan est la seule qui est considérée comme pouvant déclencher un conflit armé.