La Manche : Noyade de 31 migrants

La Manche après la Méditerranée, où une soixantaine de personnes s’étaient noyées pendant un week-end de juin 2018 au large de la Tunisie. Hier mercredi, 31 migrants sont morts au large de Calais dans le naufrage de leur embarcation partie de Dunkerque. Un bilan confirmé dans la soirée par Emmanuel Macron. Le président de la République a demandé «le renforcement immédiat» de Frontex et une réunion européenne «d’urgence». «La France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière» a-t-il tonné, tout en promettant de «retrouver les responsables.» Avant lui le Premier ministre avait qualifié de «tragédie» ce drame, le plus meurtrier jamais enregistré dans le Channel, alors que les traversées migratoires s’intensifient en raison du verrouillage croissant du port de Calais et d’Eurotunnel empruntés jusque-là par les exilés tentant de rallier l’Angleterre. Dans la soirée, le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est dit «choqué, révolté et profondément attristé» et a convoqué une réunion de crise avec son cabinet.

Présent sur place dans la soirée à Calais, Gérald Darmanin a précisé que deux personnes rescapées ont été sauvées de «manière héroïque» par les marins de la marine nationale. «Leur vie est en danger car ils sont en grave hypothermie» a ajouté le ministre, avant de préciser : «Nous devons lutter contre ces criminels comme on lutte contre les terroristes. 33 corps ont été retrouvés dont les deux rescapés, il y aurait encore une personne de disparue.» Le ministre de l’Intérieur a enfin appelé à une réponse internationale très dure tout en précisant que quatre passeurs suspects ont été arrêtés. Selon nos informations, deux passeurs sont actuellement en garde à vue à Calais. Ils ont été interpellés au nord de Dunkerque à proximité de la frontière franco-belge. Le parquet de Dunkerque a annoncé l’ouverture d’une enquête pour «aide à l’entrée au séjour irrégulier en bande organisée» et «homicide involontaire aggravé».