Burkina Faso : Une journée sous tension

C’est une situation très tendue qui règne dans la capitale burkinabè hier samedi. Les forces de sécurité ont dispersé dans la matinée un rassemblement interdit de manifestants qui réclamaient la démission du président Roch Marc Christian Kaboré qu’ils jugent «incapable» d’enrayer la spirale de la violence terroriste qui endeuille régulièrement le pays.

Le face-à-face entre manifestants et forces de l’ordre a duré plusieurs heures autour de la mairie centrale de Ouagadougou.

Les manifestants qui accusent le maire d’avoir requis les forces de sécurité pour empêcher leur regroupement, étaient déterminés à incendier les locaux de la mairie. Toutes leurs tentatives de s’approcher de l’édifice ont été repoussées à coups de gaz lacrymogène.

Dans les ruelles autour de la Place de la Nation, du siège du Fespaco, jusqu’ à la Place des Nations unies, des barricades ont été érigées et des pneus incendiés.

Dans le quartier Patte d’oie, un peu plus au sud, plusieurs barricades ont été dressées, et on a assisté également à des courses-poursuites entre manifestants et forces de sécurité. Certains manifestants ont tenté de saccager l’immeuble qui a abrité le quartier général de la campagne du président Roch Marc Christian Kaboré durant l’élection présidentielle de novembre 2020.