Suède : Andersson réélue cinq jours après son fiasco parlementaire

Pas de mauvaise surprise, cette fois, en Suède pour la nouvelle Première ministre du pays. Magdalena Andersson va pouvoir devenir officiellement la première femme de l’histoire de la Suède à diriger le gouvernement. Contrainte la semaine dernière de démissionner 7 heures seulement après son élection par le Parlement, elle a cette fois été désignée sans anicroches.

Le vote du Parlement hier lundi, met un terme à l’un des épisodes les plus rocambolesques de l'histoire de la démocratie suédoise. Mercredi dernier, Magdalena Andersson avait été en effet été contrainte de démissionner de son poste quelques heures seulement après avoir été désignée première ministre du pays.  En cause, le retrait du parti écologiste de la coalition au pouvoir à Stockholm depuis sept ans.

Cette fois, a priori pas de mauvaise surprise : le nouveau gouvernement sera entièrement dirigé par le parti social-démocrate. Un gouvernement minoritaire, certes, mais à l’abri des caprices de ses anciens partenaires.

Magdalena Andersson restera dans l’histoire de son pays, en raison des circonstances de son élection, mais pas seulement : elle devient à 54 ans la première femme à diriger un gouvernement en Suède, un pays pourtant considéré comme très en pointe sur l’égalité hommes-femmes.

Elle a moins d’un an d’ici aux prochaines législatives pour tenter de redresser la cote de popularité de son parti, au plus bas dans les sondages, et en difficulté face à une alliance inédite en Suède, nouée entre les conservateurs et l’extrême-droite.