Le Salon international du livre d'Alger

Après deux ans d'interruption en raison de la pandémie de la Covid-19, la 25e édition du Salon international du livre d'Alger, le SILA, a été inauguré jeudi dernier. Le salon se déroule au Palais des expositions de la capitale algérienne jusqu’au 1er mai. C'est le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, qui a présidé la cérémonie d'ouverture en présence de plusieurs ministres.

Le livre, pont pour la mémoire. C’est ainsi que s'intitule cette 25e édition du salon du livre d’Alger où les recueils d'histoire occupent la première place. À l'ouverture du salon, le Premier ministre algérien, Aïmene Benabderrahmane, a appelé à s'intéresser davantage « à des sujets évoquant l'histoire d'Algérie avant 1830, en montrant le niveau intellectuel des Algériens avant l'invasion coloniale française ».  Selon lui, l'analphabétisme était alors de 13% seulement, il a atteint 90% durant la colonisation.

Pour Amin Idjer, responsable de communication au SILA, s'intéresser à l'histoire est devenu une tradition au salon du livre d'Alger. «À chaque édition, les organisateurs ouvrent une page de l'histoire de l'Algérie. Cette édition 2022 coïncide avec le 60e anniversaire du recouvrement de la souveraineté algérienne. Donc, tout un programme littéraire a été organisé, des rencontres autour des livres de la mémoire, parce que c'est important que ce genre d'ouvrages soient disponibles et présents au Salon international du livre d'Alger. C'est quelque chose d'important pour la mémoire collective».

Le salon enregistre une participation record côté exposants, avec 1.250 exposants de 36 pays dont la France, le Sénégal ou la Mauritanie. L'Italie est l'invitée d'honneur et cette édition. Plus de deux millions de personnes avaient visité la dernière édition de ce salon et les organisateurs en espèrent autant.