ONU : La force G5 Sahel malmenée par les coups d'Etat

Les coups d'Etat militaires au Mali et au Burkina Faso, deux des cinq membres de la Force multilatérale anti-terroriste G5 Sahel, mettent à mal sa capacité opérationnelle, estime le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, dans un rapport remis mercredi au Conseil de sécurité.

«Je suis profondément préoccupé par la détérioration rapide de la situation sécuritaire au Sahel, ainsi que par l'effet potentiellement néfaste que la situation politique incertaine au Mali, au Burkina Faso et au-delà aura sur les efforts visant à rendre plus opérationnelle la Force conjointe G5 Sahel», dit-il dans ce document.

Outre le Mali et le Burkina, le G5 Sahel, composé d'environ 5.000 militaires, est formé de la Mauritanie, du Tchad et du Niger.

«La situation politique et sécuritaire très volatile au Sahel a eu un impact sur l'opérationnalisation de la Force conjointe». «Entre autres problèmes, l'incertitude quant aux délais de transition au Mali et le coup d'État du 23 janvier au Burkina Faso ont considérablement ralenti le rythme opérationnel de la Force conjointe, en particulier dans le secteur centre et le secteur ouest», précise Antonio Guterres.