EAC : Stabiliser l'Est de la RDC

Les dirigeants de la communauté d’Afrique de l’Est (EAC) font un pas de plus vers la création d’une force militaire régionale censée contribuer à ramener la paix dans l’Est de la RDC. C’est la principale conclusion du sommet qui s’est tenu ce lundi à Nairobi. Les chefs d’État de 6 des 7 pays que compte l’EAC étaient présents : Kenya, RDC, Rwanda, Burundi, Ouganda et Soudan du Sud. La Tanzanie était représentée par son ambassadeur. La réunion a duré quatre heures.

Selon la présidence congolaise, cette force régionale sera placé sous commandement militaire du Kenya. Elle devrait être opérationnelle dans les prochaines semaines et ne pas comprendre en son sein d'éléments de l'armée rwandaise. La RDC avait déjà indiqué mardi qu'elle ne souhaitait pas du Rwanda dans cette force, puisqu'elle accuse son voisin de soutenir les rebelles du M23 ce que Kigali dément.

Le communiqué général diffusé par la présidence kényane est plus général, il indique que les chefs d'État ont adopté une série de documents qui définissent notamment le statut et la structure de la future force, ses missions et la répartition géographique de ses troupes, mais sans livrer plus de détails. Toujours selon la présidence kényane, les chefs d'État de l'EAC appellent à un cessez-le-feu immédiat et au retrait des positions prises récemment, en l'occurrence, la stratégique ville de Bunagana sous le contrôle des rebelles du M23 depuis une semaine.

Les chefs d'État de l'EAC demandent aussi que cessent les discours de haine. Ces derniers jours, plusieurs voix se sont inquiétées de la multiplication d'appels à la violence à l'encontre des communautés rwandophones vivant en RDC.