Chine : Convaincre les séniors de se faire vacciner

Les vaccins Covid sont sûrs, puisque les dirigeants sont vaccinés. Voilà ce que révèle ce samedi la Commission nationale de la santé en Chine, deux ans après le lancement de la campagne de vaccination. Des déclarations qui visent à rassurer une partie des séniors, inquiets face à la piqure.

Il y a les hauts parleurs qui invitent à présenter le «Jiankangbao», le code de santé et passe sanitaire de Pékin à l’arrivée des trains, mais aussi – et c’est nouveau –, des pancartes sont apparues ces derniers jours dans la gare de l’ouest de la capitale chinoise. Des panneaux avec les mots en caractères rouges sur fond blanc : «Une surprise vous attend !» Évidemment, cela attire le chaland. 100 yuans, près de 15 euros de récompense, contre une dose de vaccin, laissent entendre les porteurs de «surprise», en pointant du doigt un stand pour les injections un peu plus loin.

Depuis quelques semaines, la campagne de vaccination a repris de façon discrète. Elle est plus bruyante ce samedi avec la révélation de Zheng Yixin. «Les dirigeants de l’État et du parti ont tous été vaccinés contre le Covid-19 avec des vaccins fabriqués localement», a déclaré le chef adjoint de la Commission nationale de la santé. La précision est d’importance sachant que les vaccins inactivés chinois ont parfois vu leur efficacité remise en cause, malgré les dénégations des fabricants.

Le manque de transparence a ajouté à la confusion et a nourri les «on-dit» sur les réseaux sociaux. «Les vaccins Covid ne provoquent pas de leucémie ou de diabète, ni n’affectent le développement génétique, ou ne provoquent des métastases (…), et ce sont des informations irresponsables et fausses sur internet», a affirmé Wang Fusheng, expert en maladies infectieuses dans un hôpital affilié à l’armée, cité par l’agence Reuters.

Chez les plus de 60 ans, un schéma primo-vaccinal complet avec les vaccins chinois réduit le risque d’évolution vers une maladie grave de 89%, tandis qu’une dose de rappel réduit le risque à 95 %, ajoute un responsable de l’association de médecine préventive, cité également par Reuters. Autre précision, dans l’État parti en Chine, les «dirigeants» ont souvent l’âge du public cible. Une incitation pour les plus hésitants qui peuvent se dire que «si le vaccin marche pour le président, ou le Premier ministre, pourquoi pas pour moi !».