Espagne : Des cas de variole du singe

De nouveaux cas de variole du singe ont été détectés en Espagne, en Andalousie, dans un établissement de tatouage. Ce qui porte à 3.125 le nombre de personnes infestées par cette maladie qui fait désormais l’objet d’une alerte de la part de l’Organisation mondiale de la santé. Hormis le continent africain, l’Espagne est le pays le plus touché par ce fléau, devant l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France.

Un centre de tatouage, de micro-pigmentation et de piercings à San Fernando, une grosse ville côtière de la province de Cadix. C’est là que se sont produits de nouvelles contaminations par le virus de la variole du singe. Douze cas précisément ont été recensés pour la première fois dans ce type d'établissement.

La nouvelle a été prise très au sérieux par les autorités sanitaires régionales d’Andalousie, une des régions les plus touchées du pays, avec plus de 270 cas confirmés, auxquels il faut ajouter 58 à l’étude. Ces autorités ont immédiatement soumis les cas de ces nouvelles infections au centre officiel d’investigations épidémiologiques. La variole du singe se transmet par relations sexuelles ou par air, si la distance est relativement rapprochée.

Mais les chercheurs veulent aussi savoir si la pratique du tatouage ou de piercing peut aussi être un vecteur de transmission auquel on n’avait pas pensé jusqu’alors. Et si, de manière générale, ces pratiques sont dangereuses pour la santé. Pour l’heure, les informations ont aussi été relayées au ministère national de la Santé afin que celui-ci en informe l’ensemble des 22 régions espagnoles.