Des Afar regardent passer les camions d'aide vers le Tigré

Au bord de la famine, la région Afar ne bénéficie pas de la même aide alimentaire actuellement envoyée actuellement dans le Tigré voisin.

Depuis un camp de fortune en contrebas d'une route de la région Afar, Abdu Robso, éleveur déplacé par la guerre dans le nord de l'Ethiopie, regarde, la faim au ventre, les camions d'aide alimentaire monter sans s'arrêter vers le Tigré, source de ses malheurs.

«Pourquoi toute cette nourriture va au Tigré et ne nous nourrit pas ?» s'interroge ce quinquagénaire coiffé d'un kofia, au visage émacié orné d'une barbiche blanche, montrant quelque 350 camions blancs du Programme alimentaire mondial (PAM) qui serpentent lentement.

L'axe relie Djibouti – où débarque l'aide internationale – au Tigré, région où a éclaté en novembre 2020 un conflit entre les autorités rebelles du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF) et le gouvernement fédéral éthiopien. Coupée du reste du pays, la région est au bord de la famine.

Comme des dizaines d'hommes, femmes et enfants originaires d'Abala, ville frontalière du Tigré, Abdu Robso survit avec presque rien à Erebti, localité à une soixantaine de km de chez lui, par plus de 40°C, à l'abri de bâches tendues sous des arbres.

La dizaine de milliers d'habitants d'Abala a fui en toute hâte une nuit de janvier quand les forces tigréennes l'ont bombardée depuis les hauteurs et envahi le nord de l'Afar.