Tunisie : La blague de trop

L’humoriste Lotfi Abdelli a déclaré dans un statut sur son compte Facebook son intention de quitter la Tunisie après l’interruption partielle de son spectacle dimanche soir à Sfax, suite à une protestation de certains policiers contre une blague de l'artiste. Le reste de ses spectacles prévu pour l'été a été annulé par sa production qui estime que Lotfi Abdelli est en danger.

Depuis plus de dix ans, cet artiste provocateur fait rire les Tunisiens avec ses critiques des politiques et ses jeux de mots sur les mœurs. Mais dimanche dernier, dans la ville de Sfax, où il se produisait lors d’un festival d’été, sa gestuelle et son usage fréquent de gros mots ont déplu à certains sur place, notamment lorsque l’humoriste a envoyé les policiers se faire voir.

Sa blague a causé l’interruption du spectacle pendant 45 minutes, durant lesquelles on peut voir des agents en civil protester et parler d’atteinte à des agents de la fonction publique, un délit puni par le code pénal tunisien. L’humoriste s’est défendu en faisant une vidéo en direct sur Facebook et le spectacle a ensuite repris.

Mais la polémique est loin d’être finie, Lotfi Abdelli a déclaré qu’il souhaitait quitter la Tunisie et qu’on lui avait volé le peu d’espoir qu’il avait. Son producteur aurait été également victime d’une agression à la sortie du spectacle selon les témoignages dans les médias tunisien. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes et personnalités de la culture ont soutenu l’artiste contre ce qu’ils considèrent être une atteinte à sa liberté d’expression.

D’autres estiment qu’il est allé trop loin. Le ministère de l’intérieur a démenti dans un communiqué le refus des forces de l’ordre à protéger l’artiste et a également souligné que l’artiste aurait fait un geste obscène à l’encontre des policiers. Le parquet a ouvert une enquête sur les circonstances de l’incident.