Éthiopie : Le patron de l'OMS tiraillé par la situation au Tigré

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, doit gérer une crise humanitaire au Tigré, sa région d'origine, théâtre d'un conflit entre les rebelles et le gouvernement éthiopien. Addis-Abeba l'accuse de prendre parti pour les contestataires.

À 57 ans, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), est dans la position unique de devoir gérer une crise humanitaire dans laquelle la survie de sa propre famille est en jeu. Originaire du Tigré, la région du nord de l'Éthiopie assiégée depuis deux ans par les forces fédérales et leurs alliés, il a exprimé mercredi 9 novembre son désir que l'accord de paix conclu la semaine dernière entre le gouvernement éthiopien et les rebelles tigréens permette désormais d'acheminer rapidement l'aide humanitaire.

«Donnons une chance à la paix, mais nous demandons aussi instamment la livraison immédiate de nourriture et de médicaments» et les services de base, a exhorté le Dr Tedros lors d'un point-presse. «Après l'accord de cessez-le-feu, je m'attendais à ce que la nourriture et les médicaments arrivent immédiatement. Ce n'est pas le cas» , dit-il, estimant qu'une semaine est un délai assez long pour progresser.

Le Dr Tedros incarne aux yeux du grand public la lutte contre la pandémie de Covid-19 et il se sert à l'occasion de son audience pour évoquer la tragédie que vit sa région natale.

Encerclés, les six millions d'habitants du Tigré manquent de tout : carburant, nourriture, médicaments, communications ou électricité.  «Oui, je suis originaire du Tigré, et oui, cela m'affecte personnellement, je ne prétends pas le contraire. La plupart de mes proches se trouvent dans les zones les plus touchées, plus de 90 % d'entre eux» , avait-il lancé, la voix étranglée par l'émotion, lors d'un point-presse régulier de l'OMS le 19 octobre.