Yassine Bounou, gardien de but marocain

L’incroyable destin !

* Si toute la sélection marocaine, a été plus qu’excellente, la cerise sur ce très beau gâteau, ne peut être que Yassine Bounou, gardien de but.

* Bounou a grandement participé à ce mondial, en offrant au Maroc sa première qualification pour les quarts de finale.

* Faut-il rappeler que cet excellent joueur, n’était qu’à Moscou, en 2018.

* Né à Montréal de parents marocains.

* Il retrouve le pays de ses ancêtres et débute sa carrière au Wydad Casablanca.

* Après avoir fréquenté le centre de formation, il intègre l’équipe première à l’âge de 19 ans. En 2012.

* Il rejoint l’Atlético de Madrid et passe deux saisons avec l'équipe B.

* En parallèle, il figure régulièrement dans les sélections de jeunes du Maroc.

* Sa trajectoire résolument ascendante l’amène à honorer sa première sélection en 2013, contre le Burkina Faso.

* Sa montée en puissance rassure les supporters, qui voient en lui un futur titulaire.

* Mais Bounou peine à obtenir du temps de jeu chez les Colchoneros.

* Il finit par plier définitivement bagages en 2016, pour s’engager à Gérone.

* Après un long séjour au Real Saragosse sous forme de prêt en 2014/15 et 2015/16.

* Très en vue depuis l’accession de son club à la Liga en 2017/18, Bounou est convoqué par Hervé Renard pour Russie 2018.

* Il doit toutefois se contenter du rôle de remplaçant de Munir Mohamedi, le portier de Numance.

* Bounou, lui, ne foule pas les pelouses russes. Toutefois, l’avenir lui réserve encore quelques belles surprises.

* Il défend le but du Maroc pendant la Coupe d'Afrique des Nations, Cameroun 2021.

* La même année, il remporte le prestigieux trophée Ricardo Zamora, qui récompense le gardien ayant encaissé le moins de buts par match sur l’ensemble de la saison 2020/21.

* Dans un entretien accordé à FIFA+, Bounou estime que le Maroc doit tirer les leçons de Russie 2018.

* «Je crois qu’il faut se servir de l’expérience que nous avons acquise. Si nous voulons nous qualifier, il sera nécessaire de bien préparer nos matches».

* Après des années passées à tenter de conquérir une place de titulaire en équipe du Maroc et de nombreuses vicissitudes en clubs,

* Bounou semble prêt à endosser le costume de héros national.

* Les Lions de l’Atlas affrontent la Croatie, la Belgique et le Canada dès le premier tour.

* Confirmé par Regragui, il débute les deux premiers matches de son équipe, mais doit déclarer forfait pour la troisième journée, en raison d'une blessure.

* Les Marocains valident leur billet pour les huitièmes de finale et marchent ainsi sur les traces de la génération 1986.

* En guise de récompense, ils gagnent le droit d’affronter l’Espagne, sachant qu'une victoire les propulserait au rang de légendes vivantes.

* Grâce notamment aux interventions décisives de Bounou, le match s’achève sur un nul vierge.

* La qualification se joue donc aux tirs au but. Le gardien marocain s’interpose devant Carlos Soler et Sergio Busquets, tandis que le poteau se charge de renvoyer la première tentative espagnole.

* Ces exploits propulsent le Maroc en quarts de finale pour la première fois de son histoire.

* À 31 ans, Bounou prouve qu’en football, le courage et la persévérance finissent toujours par payer.

* Il lui reste maintenant à écrire un nouveau chapitre, peut-être le plus inoubliable de l’histoire de la sélection marocaine.

* Une autre vie, commence pour Yassine Bounou.

*Il sera vu autrement, dans son Club, et dans le championnat où il évolue.

*Mais, sa responsabilité est quadruple, au moins…

*Serait-il le gardien de but des Lions de l’Atlas en 2026 ? Le destin est seul à répondre.