La famine en Somalie «ralentie mais pas évitée»

Le directeur du Programme alimentaire mondial (PAM), lauréat du prix Nobel de la paix, déclare que le soutien de donateurs tels que les États-Unis et l'Allemagne a permis de retarder - sans toutefois l'éviter totalement - la famine en Somalie, mais souligne que "nous ne sommes pas encore sortis d'affaire".

Le directeur exécutif du PAM, David Beasley, a déclaré que les pays de la Corne de l'Afrique ont été confrontés à un "impact climatique sans précédent" après des années de sécheresse, et que l'agence des Nations unies s'attendait à déclarer l'état de famine en Somalie avant que les donateurs "n'interviennent de manière magnifique".

"Et nous avons pu - je ne sais pas si le bon mot est éviter la famine - mais nous l'avons définitivement repoussée", a-t-il déclaré à l**'Associated Press** lors de la réunion du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, mardi. "Nous avons eu de la chance jusqu'à présent, étant donné les chocs climatiques à l'intérieur de la Somalie. Mais nous ne sommes pas encore sortis d'affaire".

Mais il a prévenu : "nous pourrions toujours nous retrouver avec une famine techniquement en Somalie" car des "conditions de type famine" existent déjà. "Une fois que vous déclarez officiellement qu'il y a une famine, eh bien, il est trop tard".

Lorsque Beasley a pris ses fonctions en 2017, quelque 80 millions de personnes dans le monde étaient au bord de la famine et faisaient face à une faim chronique. Les conflits, le changement climatique et le Covid-19 ont fait grimper ce chiffre à 350 millions aujourd'hui en raison de la dévastation économique et des perturbations de la chaîne d'approvisionnement.

"Vous pensez que ça ne peut pas être pire. Puis le grenier du monde est fermé : l'Ukraine", fait ressortir David Beasley. "Maintenant, (le pays a) les plus longues files d'attente pour le pain au monde", faisant allusion à la guerre en Russie qui a bouleversé la production et les exportations alimentaires de l'Ukraine.

La demande de nourriture et d'engrais, dont la Russie était l'un des principaux fournisseurs mondiaux, est telle que les nutriments destinés aux cultures doivent parvenir aux agriculteurs qui en ont besoin.

"Peu importe que vous aimiez ou détestiez la Russie, vous devez avoir la nourriture et les engrais", a déclaré M. Beasley. "Si nous ne faisons pas attention, nous aurons une pénurie de nourriture d'ici la fin de l'année, ou le prix de la nourriture sera si élevé que vous aurez une déstabilisation des nations qui entraînera une migration massive."

La Russie s'est plainte que les sanctions occidentales ont créé des obstacles à l'exportation de ses denrées alimentaires et de ses engrais, en dépit d'un accord conclu en temps de guerre par les Nations unies pour permettre aux céréales et autres produits agricoles de traverser la mer Noire depuis la Russie et l'Ukraine.

Bien que les sanctions ne visent pas les exportations de denrées alimentaires, de nombreuses compagnies de transport maritime et d'assurance ont hésité à traiter avec Moscou, soit en refusant de le faire, soit en augmentant considérablement le prix.

"Il faudra plusieurs années pour développer des alternatives dans le monde entier. Mais en attendant, nous devons avoir cet engrais et nous devons le faire d'une manière qui ne soit pas exploitée par la Russie", a déclaré David Beasley. "Et c'est extrêmement important."