« La coupe est pleine et il est temps de cesser d’être les seuls à recevoir les coups »

Dr Abdulaziz Othman Altwaijri, Directeur général de l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) à la « Majalla » 

*Les médias occidentaux n’ont pas déclaré la religiosité chrétienne de ce terroriste et s’abstiennent à lui attribuer d’autres qualifications que celles d’un extrémiste, car s’il était un arabe musulman, ils l’auraient qualifié de terroriste musulman.
* L’objectif du projet de glorification de la Ville Sacrée (al-Balad al-Haram),  est de diffuser la culture du respect de la ville de Makka Al Moukarrama,  terre de la Révélation et point du départ du Message divin et la Qibla de tous les musulmans.
* La Zitouna et Al Azhar, sont deux des grandes citadelles de l’islam. Ce sont des centres d’exception de l’illumination de la pensée et de la civilisation arabo-islamique qui ont leurs empreintes dans l’histoire de la nation islamique et d’autres apports sous la sage direction de leurs ulémas et penseurs qui représentent un islam modéré et qui sont des protagonistes de la propagation de l’islam par la bonne sagesse et l’exhortation.
 

Il a fait un appel à la communauté internationale et aux Nations Unies en particulier pour la proclamation du 15 mars, journée durant laquelle il y a eu les attaques contre deux mosquées en Nouvelle Zélande dans la ville Christchurch et où plu de 50 fidèles musulmans ont été froidement abattus et enregistrée plus de 50 autres blessés de la part d’un terroriste chrétien, comme journée mondiale de lutte contre l’islamophobie. Pour lui, aujourd’hui, les musulmans sont objet à de multiples violations de par le monde et l’image de l’islam est fortement altérée et il est souvent accusé et on porte atteinte à l’image du prophète (paix et Salut sur Lui) et au Saint Coran et à la civilisation musulmane de façon hostile très claire.Dr Abdulaziz Othman Altwaijri, Directeur général de l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO), nous a accordé cette interview.
 
Qu’est-ce qui vous a poussé à appeler les Nations Unies à déclarer le 15 mars journée mondiale de lutte contre l’islamophobie ?

Effectivement, j’ai fait un appel à la communauté internationale et aux Nations Unies en particulier pour la proclamation du 15 mars, journée durant laquelle il y a eu les attaques contre deux mosquées en Nouvelle Zélande dans la ville Christchurch et où plu de 50 fidèles musulmans ont été froidement abattus et enregistrée plus de 50 autres blessés de la part d’un terroriste chrétien, comme journée mondiale de lutte contre l’islamophobie. Vous l’avez certainement remarqué les médias occidentaux n’ont pas déclaré la religiosité chrétienne de ce terroriste et s’abstiennent à lui attribuer d’autres qualifications que celle d’un extrémiste, car s’il était un arabe musulman, ils l’auraient qualifié de terroriste musulman. C’est pourquoi j’ai appelé à ce que cette journée soit déclarée comme journée mondiale de lutte contre l’islamophobie et j’espère que cet appel sera entendu car  les Nations Unies et l’Unesco avaient adoptés une journée de lutte contre l’antisémitisme pour rappeler les crimes de l’holocauste contre les juifs.
Aujourd’hui, les musulmans sont objet à de multiples violations de par le monde et l’image de l’islam est fortement altérée et il est souvent accusé et on porte atteinte à l’image du prophète (paix et Salut sur Lui) et au Saint Coran et à la civilisation musulmane de façon hostile très claire. Aujourd’hui j’ai pris connaissance d’une publication d’une caricature à Charlie Hebdo  dans sa dernière couverture représentant un musulman  qui lit le  Coran qui est transpercé par des balles qui vont directement à la poitrine du musulman avec pour arrière fond deux mosquées, pour faire allusion à la lâche attaque perpétrée en Nouvelle Zélande. Le message qu’ils ont voulu transmettre, est que le coran ne protège pas les musulmans. Cet humour noir et cette dérision cynique sur la mort d’innocents dans deux mosquées où ils ne pratiquaient rien que leur culte  et qui ont été assassinés par un terroriste chrétien dont je pense qu’il a été motivé par des préjugées de croisés, ne fait qu’amplifier la souffrance des musulmans.
C’est pour cela que j’espère que la communauté internationale interagit avec cet appel de déclarer le 15 mars, journée mondiale de lutte contre l’islamophobie. C’est pour dire aussi que la coupe est pleine et qu’il est temps de cesser d’être les seuls à recevoir les coups. Il faut que le monde arabe et musulman adopte une position ferme pour la protection de notre identité, notre civilisation et notre religion sans haine de l’autre.  Tout simplement comme le dit le Coran «  À vous votre religion, et à moi ma religion. » ( Sourate al Kafiroun).
C’est pourquoi nous appelons au respect de la diversité religieuse dans le monde et les Nations Unies ont adopté une résolution qui défend l’atteinte aux symboles religieux et l’incrimine mais cette résolution n’est pas en vigueur et n’est pas appliquée mais si la cible de telles attaques était le judaïsme, le monde entier aurait réagit. Nous en avons marre d’attendre et de patienter, il faut que le monde islamique et avec les justes du monde libre s’activent pour que l’Islam soit perçu dans sa réalité en tant que religion, civilisation et comme pensée humaniste et de tolérance.


En quoi consiste le projet de la glorification de la Ville Sacrée (al-Balad al-Haram) ?

En effet, le projet de glorification de la Ville Sacrée (al-Balad al-Haram), initié par le Dr Talal bin Muhammad Abu Nur, Superviseur général du à l’Association des centres de quartiers à Makkah Al-Mukarramah et présidé par Son Altesse Royale le Prince Khalid Al-Faisal, Conseiller du Serviteur des Deux Saintes Mosquées, Gouverneur de la région de Makkah Al-Mukarramah.
L’objectif, à travers ce projet, est de diffuser la culture du respect de la ville de  Makka al moukarrama,  terre de la Révélation et point du départ du Message divin et la Qibla de tous les musulmans qui prient en sa direction cinq fois par jour au moins. C’est aussi sur cette terre sainte que s’effectue l’un des cinq piliers de l’islam à savoir le hajj. La glorification du balad al haram est un projet pour consacrer la sacralité de cette ville et de ne pas l’impliquer dans les clivages et les autres différents qui traumatisent le monde. C’est un lieu saint que Dieu dit de lui « Et quand Nous indiquâmes pour Ibrahim (Abraham) le lieu de la Maison (La Kaaba) [en lui disant]: « Ne M'associe rien; et purifie Ma Maison pour ceux qui tournent autour, pour ceux qui s'y tiennent debout et pour ceux qui s'y inclinent et se prosternent », doit êtreun lieu respecté et saint et auquel on ne doit faire du tort.




Quelles sont les villes qui ont été proclamées capitales de la culture islamique ?

En cette année nous célébrons Tunis comme capitale de la culture islamique pour la zone arabe, Bissau, capitale de la Guinée-bissau, pour la zone Afrique et Boukhara en Ouzbékistan. Nous travaillons avec les trois pays pour que les célébrations reflètent l’âme de la culture islamique tolérante qui appelle à la science et à l’urbanisation et à l’attachement aux valeurs de la vertu. Il faut savoir que la religiosité est la base de la citoyenneté. Et le traitement des questions épineuses réside dans la compréhension du sens de la religiosité. Une religiosité exemplaire qui s’occupe de la pensée, des mœurs et du comportement. Car quand la personnalité de l’homme est bâtie sur la pensée, la droiture, les bonnes mœurs et un comportement irréprochable, l’homme droit peuplera l’univers avec de bons éléments. C’est quand  on façonne des bonnes personnes qu’on aura un monde où il fait bon vivre. Cette équation doit être appréhendée par les musulmans pour qu’ils s’éloignent de toutes dérives qui peuvent les pousser au repli identitaire, à la haine de l’autre et l’extrémisme. Or, pour former une bonne nation, il faut être imbu de ces valeurs

Quel est le rôle de la Zitouna, d’Al Azhar et des autres instances caritatives en Arabie saoudite pour confronter cette campagne de dénigrement de l’islam et des musulmans ?

La Zitouna et Al Azhar, sont deux des grandes citadelles de l’islam. Ce sont  des centres d’exception de l’illumination de la pensée et de la civilisation arabo-islamique qui ont leurs empreintes dans l’histoire de la nation islamique et d’autres apports sous la sage direction de leurs ulémas et penseurs qui représentent un islam modéré et qui sont des protagonistes de la propagation de l’islam par la bonne sagesse et l’exhortation et qui reconnaissent avec beaucoup d’aisance les autres religions et civilisations. Allah n’a-t-il pas dit dans son livre saint « Et parmi Ses signes la création des cieux et de la terre et la variété de vos idiomes et de vos couleurs. Il y a en cela des preuves pour les savants ». C’est que la différence des langues porte dans son sillage une diversité de religions, de croyance et de culture. Et la différence des couleurs est une diversité des races, des ethnies et des civilisations et c’est un signe divin. Ce sont ces messages que véhiculent ces deux grandes institutions et nous collaborons avec eux depuis des décennies pour le bien des hommes. Quant aux autres institutions qui s’occupent de la propagation de la pensée islamique, on trouve la Ligue du monde islamique que préside Dr Mohamed bin Abdelaziz Al Aissa, qui parle avec beaucoup de sagesse pour plaider en faveur d’un islam de tolérance et en tant que religion de coopération et qui ne comporte pas de discours de haine. Nous leur disons simplement : «  À vous votre religion, et à moi ma religion » (sourate), mais  coopérons pour la justice et la piété. Allah nous enseigne dans le Coran «  Dis: Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous: que nous n'adorions qu'Allah, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors d'Allah. » Puis, s'ils tournent le dos, dites: « Soyez témoins que nous, nous sommes soumis. ». C’est cela l’appel de l’islam, venir à une parole commune.