Jenny Eileen Litvack, experte en économie, et guide spirituelle, n’est plus

Des milliers de personnes l’ont accompagné à sa dernière demeure.

Dessin : Ali Mendaloui


* En 2010, Litvack a pris une décision très courageuse, celle de renoncer à son poste très important pour une carrière complètement différente. A savoir consacrer sa vie pour la cause du pluralisme religieux juif et au renforcement de la profondeur de la vie spirituelle de cette religion.

Le mois dernier à Washington, des milliers de personnes se sont réunies pour assister aux funérailles de Jennie Ilene Litvack, une parmi les plus importantes personnes au monde, engagées dans le combat contre la pauvreté. Et un pilier de la société dans laquelle elle vivait. Sans oublier son rôle d’épouse bien intentionnée et mère de trois enfants.
Litvack est née à Montréal, au Canada, a obtenu une maîtrise et un doctorat de la prestigieuse faculté Fletcher de droit et de diplomatie de l'Université Tufts. Elle a été experte en économie, et a œuvré pour apporter la prospérité aux couches marginalisées et défavorisées du monde. A été pendant deux décennies à la Banque mondiale afin de remplir sa mission, qui consistait à améliorer le niveau de vie, la santé et la prospérité de millions de personnes. Litvack était l'économiste en chef pour le développement humain en Amérique latine, l'économiste en chef pour le Maroc et le spécialiste de l'économie vietnamienne. De plus, tout en travaillant sur le continent africain, elle s’inspire des nouvelles idées et pratiques de ses collègues issues de sa recherche en doctorat, concernant la tarification des médicaments dans les centres de santé ruraux du Nord du Cameroun. Ses innovations ont permis de sauver des millions de vies.
En 2010, Litvack a pris une décision très courageuse, de renoncer à son poste très important pour une carrière complètement différente. A savoir consacrer sa vie pour la cause du pluralisme religieux juif et au renforcement de la profondeur de la vie spirituelle de cette religion. L'un des fruits de ses efforts a été la création du Centre juif de l'Éveil à Washington, récompensé par un grand nombre de prix. Ainsi que le développement du Centre pour la spiritualité et la réflexion, juives en Israël, intitulé «La lumière du cœur». Dans la synagogue «Adas Israël» à Washington, elle est devenue célèbre pour avoir soufflé dans le chofar (une corne de bélier annonçant l'arrivée de la nouvelle année juive à travers les rites de prière). Le chofar faisait également partie des intérêts de Litvack: elle était trompettiste de jazz et amie de la légende du jazz Daisy Gillespie, qu’il a décrite comme étant sa fille spirituelle.
Litvack a laissé une famille aimante de trois enfants et un mari, Robert Staloff, qui est directeur exécutif de l’Institut d’études du Proche-Orient de Washington depuis longtemps.
Nos sincères condoléances à la famille Litvack. Avec l’espoir que ceux qui aiment la paix et le progrès trouveront l'inspiration dans sa mémoire.