Le cerveau peut pratiquer la gymnastique !

Pratiquer la méditation améliore la compétence mentale
* on pratique la méditation, plus par besoin professionnel à la recherche d’un meilleur rendement, plus qu’une simple quête de bien-être.

On le savait bien, le cerveau est tel un muscle, a besoin de «musculation». S’entrainer pour être meilleur et pourquoi pas ne pas être le meilleur. Ou du moins, parmi les meilleur, capable de travailler assez bien pour assurer une vie cool, mais aussi et surtout une existence heureuse et épanouie.
Penser et surtout exercer, mais surtout accomplir des exercices, fait du bien au cerveau. A l’image de l’exercice physique : Peu ne peut changer les choses. Trop peut nuire à la santé. La santé «cervicale» est primordiale, même plus importante que la santé physique. De quoi accorder au mental la plus grande des importances.
Et si la méditation serait la gymnastique parfaite et même adéquate pour être bien sa peau. Comprendre dans sa tête pour ne pas dire son cerveau ???
La méditation est sujette à moult controverses, concernant son intérêt, son importance et surtout ses bienfaits. Pour certains, elle serait une mode pour des gens déconnectés. Qui veulent «se la jouer» à l’orientale, indoue pour être précis. Pour les autres, elle est (la méditation) le «miracle» sur terre. Qu’il soit pour se dégager aussi bien des problèmes quotidiens, que l’accoutumance aux cigarettes, aux boisons alcoolisées, que les drogues douces ou dures. Le commun des mortels, vous réponde sur la base d’une expérience personnelle, ou celle d’un proche, ami ou collègue. Les professionnels de la méditation attestent qu’il faut beaucoup d’effort pour prétendre aux bienfaits de la méditation.
Exercer la méditation ne peut se faire et s’opérer sans la concentration. Plus l’effort de se concentrer est plus fort, plus le résultat est payant. Se concentrer est un vrai challenge, à l’image d’un 100 mètres, ou même d’un marathon. Il faut beaucoup et même énormément d’effort pour pouvoir s’enfermer sur soi, et rompre tout contact avec ses cinq sens, et couper tout lien avec le monde environnant…

Plus de gens cherchent à pratiquer la méditation. Certes, pour une santé mentale meilleure. Pas uniquement pour le «plaisir de se sentir bien», mais aussi et surtout en quête d’un meilleur rendement au travail. A la fois pour garder son poste, ou encore pour pouvoir monter en grade. Et même pour s’en assurer un recrutement meilleur ailleurs. A la fois pouvoir résister à une charge de travail grandissante de jour en jour. Ou pouvoir présenter un rendement meilleur, à la fois sur le plan des décisions que la mémoire utile à toute réflexion et décision.
Des chercheurs à l’Université d’Osnabrück en Allemagne, ont effectué une étude contrôlée randomisée, afin d’étudier les effets de la méditation de pleine conscience sur les fonctions cognitives importantes pour la vie quotidienne.
Deux groupes ont été créés, dans lesquels ont été répartis aléatoirement trente-quatre participantes et participants. Durant huit semaines, l’un des deux groupes a pratiqué la méditation de pleine conscience, tandis que l’autre groupe (le groupe contrôle) s’est livré à des exercices de relaxation musculaire.
 
Dans le groupe qui a pratiqué la méditation, l’exactitude du suivi des cibles a augmenté d’environ 9%, un changement statistiquement significatif montrant que leur concentration et leur mémoire de travail s’étaient améliorées. Les performances des membres du groupe contrôle ne se sont pas améliorées du tout.