Carlos Ghosn: A décollé du Japon, tout en étant à la disposition de sa justice, pour atterrir au Liban.


Dessin : Ali Mendalaoui
 
 
1. Naissance et formation :
- Carlos Ghosn, d’une famille originaire du Liban, est né le mardi 9 mars 1954, sous le ciel de Puerto Value, capitale de l'Etat de Rondônia, au Brésil.
- Diplômé de l'École polytechnique, de l'École des mines de Paris, et de l'école Notre Dame de Paris.
 
2. Plus d’une langue en une seule personne.
- Carlos Ghosn est maitrise parfaitement la langue arabe (locution et rédaction), en plus du français, de l'anglais et du portugais ...
- La langue japonaise, par contre, est devenue son premier souci, avec la méga-entreprise qu’il dirigeait, sans oublier une envie insatiable pour une production encore plus grande de voitures japonaises (Nissan Mitsubishi).
- Disposant de la sorte, au Japon, d'innombrables intérêts, départements et diverses directions de sociétés des plus grandes marques automobiles japonaises. Des voitures qui se vendent aux quatre coins du globe.
 
3. Couronnements et honneurs
- Grand-croix de l'ordre d'Isabelle la Catholique (2012).
- Chevalier commandeur honoraire de l'ordre de l'Empire britannique (Octobre 2006).
- Considération de la Royal Engineering Academy au Royaume-Uni.
 
4. Tel nom, telle personne :
- La personnalité de Carlos Ghosn [branche en arabe], est telle une branche, chargée de fruits.
- A investi dans le secteur automobile, et préside le conseil d'administration de deux marques mondiales de voitures (Peugeot français européen et Nissan Mitsubishi japonais asiatique)...
Il a peut-être été touché par la malédiction de son homonyme «Carlos, le Vénézuélien», célèbre pour son engagement pour les causes de libération, et a été tellement pourchassé par la CIA, dans les années soixante.
 
5. Citoyen d’ici et delà :
- Carlos Ghosn est devenu un citoyen du monde, avec ses nationalités, libanaise, brésilienne et française.
Au Maroc, il dispose d’une usine de construction d’automobiles japonaises, car en quête d’une main-d'œuvre plus rentable.
- Contribue, de la sorte au développement des capacités technologiques du Maroc. Le monarque Mohamed VI, a déjà visité l’usine, exprimant son admiration, et ses encouragements.
 
6. L’évasion fiscale rattrape Carlos :
- La fortune de Ghosn, a attiré l’attention des services juridiques japonais, qui l’ont accusé d'évasion fiscale. Lui, qui dirige des usines japonaises de production automobile, vendues à travers le monde..
- Carlos a été arrêté le 19 novembre 2018 à Tokyo.
- Il a été vite entouré par un groupe d'avocats, qui l’ont défendu fermement avec sa famille, et ont condamné ses conditions de détention et son traitement inhumain et illégal.
- Carlos a été assigné à résidence au Japon, dans l'attente de son procès, sous des accusations de malversations financières. A été temporairement libéré après avoir payé une caution financière élevée, sous la supervision de son équipe de défense.
 
7- L'évasion de l’évadé fiscal :
- Mais cette équipe de défense a été très surprise, par la fuite encore incomprise, de leur client libanais… Qui a disparu sans crier gare.
 
8. Un grand souci pour innocenter la famille.
- Dans une déclaration attribuée à Carlos Ghosn, il a tenu à ne pas impliquer sa famille et même à renforcer sa sécurité, car elle n’a rien à avoir avec sa fuite du Japon. Insistant : «je me suis débrouillé tout seul. Ma famille n’a rien à avoir».
 
9. Message de sympathie français
- Un porte-parole français a déclaré que la France n'aurait pas extradé «son citoyen» Carlos Ghosn s'il s’était réfugié en France.
Cette déclaration est considérée comme un message qui impliquait plus que de la sympathie pour un simple citoyen de nationalité française.
- Carlos est plus d'un citoyen, car il participe à la grandeur de l'industrie automobile française à travers la marque «Renault». Il est sujet d’un accueil français déclaré... Et au plus haut niveau.
 
10. Conditions de l’évasion... Et motifs de la décision :
- Des sources proches de Carlos ont fait référence à de nombreux facteurs, ayant conduit à l’évasion, notamment :
(A) - Ennui de la longue période d'attente du procès: Carlos est un homme d'affaires actif, qui ne peut rester inactif… Tant le temps vaut de l’or pour lui. Lui, qui constate son procès reporté à  à avril 2021...
(B) Privation familiale: priver Carlos de tout contact avec sa femme.
(C) - Manque de confiance dans le système judiciaire japonais: Carlos, à son arrivée au Liban, a annoncé qu'il s'était échappé de ce qu'il a qualifié de système judiciaire «corrompu».
(D) Sensation de chantage: Carlos Ghosn a appris que les procureurs avaient interrogé sa fille et son fils aux États-Unis, et que les autorités judiciaires japonaises voulaient leur extorquer des aveux dans un but d’exercer des pressions et du chantage sur lui.